Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/03/2014

Mercredi 12 mars: la Conférence-Evénement!

 Pour présenter l'ouvrage déjà meilleure vente 2014 et 2015

 

D'abord un petit rappel:

Il y en a qui tiennent leurs promesses!

Je vous avais annoncé 2 pages dans L'Huma le 28, vous les avez eues.

je vous avais dit que, stupéfait devant un tel génie, le mois de février se saboterait le soir même à minuit,: il l'a fait.

J'avais convaincu le MEDEF de vous payer comme un mois normal: regardez votre fiche de paye.

Alors, pour qui vous voterez en 2017 ?

Et maintenant, 2 autre nouvelles:

Un portrait dans Libération le 13 ou le 14 mars (de toute façon, c'est bon pour Libé d'acheter les 2 n° !)

Et:Dans le cadre des « Mercredis de l’IESR »,

 

avec la participation de la Société des Amis des Sciences Religieuses (SASR)

 

 

 Jean Baubérot

 

 présentera

 

 

 Une si vive révolte

 (Éditions de l’Atelier, 2014)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Discutantes : 

 

Roberte Hamayon (EPHE),

 

Renée Koch Piettre (EPHE, SASR)

 

Mercredi 12 mars 2014, à 18h30

 

A l’EPHE - Bâtiment France, salle 117

 

190 av. de France, Paris 13e  [Métro Quai de la Gare]

 

Entrée libre

 

www.iesr.fr

 

Enfin, pour les fans des fans:

 

 

 http://www.iris-france.org/informez-vous/blog_pascal_boniface_article.php?numero=291

 

http://www.laurentbloch.org/BlogLB/spip.php?article184

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

24/02/2014

Révolte et Laïcité, sont les mamelles du destin, tsouin, tsouin.

 

 

Chanceux lecteurs et, plus encore, chanceuses lectrices,

 vous allez vous régaler cette semaine, je vous propose, en effet, de baub... érotiser plus, pour vivre plus.

D'abord, un compte rendu du livre Une si vie révolte (à acheter d'urgence, si ce n'est déjà fait):

https://entreleslignesentrelesmots.wordpress.com/2014/02/11/ne-pas-abdiquer-devant-la-non-pensee-normative-qui-pretend-respecter-le-pluralisme/

Et une interview de l'auteur, par le fameux journaliste JB dans Médiapart, portant, à partir du livre, sur le thème: "Une société démocratique et injuste:

 
Ensuite, mes dernières cogitations sur la laïcité (c'est nouveau, cela vient de sortir) dans une Revue canadienne en ligne :
 
 
Enfin, vendredi 28 février, sauf tremblement de terre, tsunami ou nouvelle révolution en Ukraine, une grande interview, à la fois sur le livre et sur la laïcité,
dans L'Humanité.
 
Et comme le mois de février ne peut pas vous offrir quelque chose de mieux, il se sabordera le 28 au soir à minuit. Ainsi il n'aura duré que 28 jours, mais vous aurez été payé comme les mois habituels, de 30 ou 31 jours.
Elle n'est pas belle, la vie?
 
 

 

12/02/2014

Le plus beau cadeau de la Sainte Valentine

Un cadeau mauvais chic, mais bon genre!

 

 EN LIBRAIRIE LE 13 FÉVRIER 2014

 

www.editionsatelier.com

 

UNE SI VIVE RÉVOLTE

 

Jean Baubérot

 

Préface d’Edwy Plenel

 

 « Ce récit raconte comment un jeune homme, révolté par le conformisme social, contestataire au moment de la guerre d’Algérie, révolutionnaire pendant l’avant et l’après-Mai 68, a tenté « d’atterrir » dans la société plate et normale, d’y trouver sa place, sans totalement oublier ce qu’il avait perçu. A-t-il réussi ? Voilà une autre histoire. Mais c’est un peu l’histoire d’une génération, portée par la vague des années soixante, et dont chaque membre a dû bricoler, à sa manière, la suite de sa vie. Peu l’ont racontée. Il l’a fait à ses risques et périls. Peut-être est-ce là le premier intérêt de son récit. (…)

 

Comment se reconnaître semblable aux autres, sans perdre totalement ce qui vous avait construit différent ? Comment être un individu, goutte d’eau dans l’océan des humains, et, pourtant, une individualité ? Que faut-il accorder au conformisme lié au « vivre-ensemble », à son hypocrisie structurelle ? (…)

 

À la fin d’un film de Charlot, Charlie Chaplin est poursuivi par la police des États-Unis (l’ordre de la société dominante), et par des bandits mexicains (l’ordre de l’ombre, du refus, dont les règles sont toutaussi contraignantes). Pour échapper à ces deux systèmes répressifs, il marche en ayant un pied de chaque côté de la frontière. Belle et impossible liberté ! Avoir le moins possible de connivence, garder une distance à l’égard des satisfaits dominants comme des rebelles établis, ne pas essentialiser les divers codes ; circuler entre des mondes différents. Vivre en tension contestation et pluralisme, engagement et objectivation : peut-être ainsi être en mouvement, rester un SDF : sans dogmatique fixe. » (p. 224s.)

 


 

 

 

07/02/2014

Le 13 février, ne soyez pas sotchi devant votre télé, lisez

UNE SI VIVE REVOLTE

(éditions de l'Atelier)

Et en avant première, venez aux rencontres autour du livre:

Le samedi 8 février, au Maghreb du Livre, Hôtel de Ville de Paris, 3 rue de Lobeau, Paris 4ème: 14h15 à 14h30: entretien avec un journaliste; 15h&(-16h&(: séance de dédicace

Le mardi 11 février: Mairie de Paris. Inauguration du Patronage Laïque Jules Vallès, 72, av. Félix Faure, 75015 Paris. Entrée libre sur réservation au 0140608600. Conférence sur LOI 1905, une loi d'avenir: La laïcité en France et séance de dédicaces

Et deux petits extraits pour la route:

 

« J’écris alors : « Répéter, à près de 40 ans, ce que l’on a écrit à 20 ou 25 ans ne serait plus dire la même chose. » Pour ne pas être « du tape-à-l’œil, une contestation doit chercher toujours plus à maîtriser la complexité des structures, des situations, des événements ». Avec mon statut de professeur, les questions de l’adolescent Jean-Ernest sur les risques de s’intégrer à la société des « gens bien » prennent de la pertinence, même si je ne me suis pas retiré dans la tour d’ivoire d’une « pure scientificité ». (…)

 

À la police idéologique de la fin des années 1960 succède une indifférence où personne ne me reproche une certaine réussite sociale. À moi de ne pas la considérer comme normale, de la vivre comme un levier pour continuer à me battre pour une société moins injuste. » (p. 138)

 

« Réfléchir à l’ambivalence du pouvoir, c’est se préparer à l’affronter afin que le « pouvoir sur » soit subordonné au « pouvoir de ». Cependant, comment casser l’aliénation des rapports humains créés par les structures hiérarchiques ? Et posséder un peu de pouvoir signifie composer avec ceux qui en ont davantage. Désormais, mes interlocuteurs vont être des acteurs de la « société dominante ». Des personnes, pour beaucoup, intelligentes, agréables… Là gît le danger le plus insidieux : cette société d’« élites » possède son fonctionnement propre, ses logiques culturelles, ses modèles tacites de savoir vivre, d’être autre que les « anonymes ». (…) Désormais, je dois jouer selon les règles. Comment ne pas être englobé par elles, ne pas trop les intérioriser ? Certaines paroles portent. Je ruminerai à différentes reprises le propos de mon père : « Quoi que tu deviennes, n’oublie jamais que nous sommes du peuple. » (p. 153s.)

 

 

29/01/2014

NOUVELLE DISPUTE ENTRE VALERIE ET JULIE

Pas besoin d'acheter Closer en se cachant de votre concierge: votre Blog favori vous donne gratis les dernières nouvelles pipoles:

Valérie et Julie ont trouvé un nouveau sujet de dispute: chacune des deux veut être la première dame à lire le chef d'œuvre absolu, qui paraitra le 13 février:

UNE SI VIVE REVOLTE

Mais en fait, c'est Ségolène qui aura la primeur, puisque c'est sous sa houlette que le héros du livre a animé les INITIATIVES CITOYENNES où, dès 1997-1998, on trouvait le meilleur du projet actuel sur "L'enseignement laïque de la morale"

(à ce propos, je vous recommande le dossier de L'OURS, revue de l'Office Universitaire de Recherche Socialiste "De la morale", N° 64-65, avec des contribution de V. Peillon, A. Bergounioux, R. Chapuis, Cl. Lelievre, E. Poulat, B. Poucet, E. Preirat... et votre très humble serviteur)

Le 13 février, c'est loin, j'en suis conscient. Alors, entre nous, je vais vous donner deux possibilités d'avoir le livre en première mondiale:

Le samedi après-midi 9 février14h15: Interview et signature au Maghreb des Livres, à l'Hôtel de Ville de Paris

Le mardi 11 février, 20h. au Patronage laïque Jules Valles, 72 avenue Félix Faure, 75015 Paris: conférence-signature: La loi de 1905, une laïcité d'avenir. Entrée libre sur réservation au 0140608600

Et, sur un autre sujet, plus grave, je viens de faire paraitre une nouvelle Note sur MEDIAPART:

http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-bauberot/280114/antis...

Comme d'hab, il est possible de la lire sans être abonné (mais abonné, c'est encore mieux!)

 

20/01/2014

Pour les Inconnus, cela va être dur!

 

Le groupe d'humoristes les Inconnus° sortent leur film le 12 février prochain: dur, dur. Ils auront, en effet, 24 heures chrono pour, d'inconnus, devenir TRES CONNUS. Le 13 février ce sera trop tard. Quelque soit la valeur de leur film, nullos ou géniale,elle sera complètement éclipsée par la sortie du livre:

UNE SI VIVE REVOLTE

Ou les aventures de votre Jehan Beléros préféré

Et après deux événements culturels de cette ampleur, il n'y aura qu'à attendre tranquillement la fin de l'année 2014.

En attendant, comme vous n'avez pas eu d'extraits du livre depuis l'année dernière, et que vous piaffez toutes et tous d'impatience, voici un nouvel extrait:

LE FEU D’ARTIFICE AMBIGU DE MAI 1968

[On a quitté notre héros à la fin de ses années lycée, c'est à dire en 1960 (et sans vous avoir donné les pages les plus intéressantes de la 1ière partie du livre: Celle qui révèle TOUT sur ses amoures adolescentes. Il faut dire que Closer propose 3 millions d'€ pour les publier en exclusivité planétaire, et Paris-Match est en train de surenchérir.

On passe aussi sur le chapitre des années étudiantes "Extension à l'amour du domaine de la lutte" (il devrait aussi se négocier à un bon prix!) pour donner un extrait de la fin du chapitre suivant ("Le feu d'artifice ambigu de Mai 68"). Il concerne l'après Mai] :

 

 

VOICI L'EXTRAIT DU JOUR:

 

La contestation deviendrait-elle aussi irrespirable que l’ordre établi ? Comment vivre dans une société qui évolue sans changer de logique, où le gauchisme se dogmatise et où le réformisme d’un Parti socialiste, qui se rénove, marginalise la visée révolutionnaire ? […] Faut-il abandonner la contestation, se montrer dynamiques et fonctionnels ? Doit-on passer de la révolution au réformisme de la « nouvelle gauche » ? Toute réussite sociale est-elle mauvaise ? La marginalité constitue-t-elle une valeur en soi ? […]

 

Quelle serait alors la vie étroite où l’on trie sans renoncer à ses fidélités de jeunesse ?

 

[…] L’échec de l’utopie nécessite un nouveau point de départ. Pourtant...... (à suivre) (p. 119-121)

 

° Non je ne parlerai pas de l'autre humoriste à la noix: c'est piégeant tout le monde soit obligé de se situer par rapport à lui et qu'il devienne ainsi le centre du débat.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

,

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08/01/2014

Colloque de Sociologie de la religion

 Pas de plaisanterie vaseuse cette semaine à propos du grand événement si attendu, le 13 février (cf. Notes ci-après) mais

 

D’une part l’annonce de ma nouvelle Note sur Médiapart (consultable gratuitement) :

 http://blogs.mediapart.fr/blog/jean-bauberot/080114/aznavour-l-apatride-et-la-patrie-des-droits-de-l-homme

 

D’autre part, l’annonce d’un colloque international de Sociologie des religions, organisé par le Groupe Sociétés, Religions, Laïcités (CNRS-EPHE) sous l’égide de la Mairie de Paris, dans le cadre des appels à projets « Paris 2030 » :

 

Diversité et recomposition du protestantisme à Paris.

 

Il  se tiendra les 15 et 16 Janvier 2014 au Site Pouchet du CNRS, 59-61 rue Pouchet, 75017 Paris. Je donnerai les conclusions de ce colloque.

 Pour tout renseignement complémentaire : gsrl@gsrl.cnrs.fr

 

 

 

 

 

 

 

31/12/2013

La fée Clochette vous souhaite une bonne année

 2014 

 La fée Clochette est venue me voir, elle voulait, par mon intermédiaire, souhaiter une très bonne année 2014 à tous les internautes qui surfent sur ce Blog. Je lui ai dit : fée Clochette, ce n’est pas suffisant. Puisque tu es une fée, il faut que tu promettes de réaliser de très belles choses. Que l’année 2014 soit bien meilleure que l’année 2013.

 Elle m’a répondu : « tu sais je ne suis pas une très grande fée, je n’ai pas un immense pouvoir. Et, contrairement à d’autres, je souhaite que mes promesses n’engagent pas que ceux qui les croient. »

 « Quand même, fais un effort » lui ai-je dit.

 « Bon, d’accord. Je promets qu’en 2014, le 13 février exactement, va paraitre un livre si merveilleux, si sublime, que celles et ceux qui le liront bénéficieront d’un miracle : au fur et à mesure de leur lecture, les jours s’allongeront. Mais, attention ; cela à condition que le livre soit lu dans les mois qui suivent sa parution. Pour les paresseux (et paresseuses) qui attendront l’été, je ne garantis rien »

 « C’est déjà pas mal, je trouve. Je suis sûr que les internautes fidèles de ce Blog ne pourront pas attendre l’été pour lire ce livre magique. »

 En attendant cet heureux événement, pour que les jours commencent déjà à allonger, voici le troisième extrait de cet ouvrage inouï.

 

LA MÉTAMORPHOSE

 [En juin 1959, alors que notre héros, Jean-Ernest,  a 17 ans et demi, un événement imprévu va lui valoir d’être louangé par les médias et l’objet d’une forte reconnaissance sociale. La scène se passe quelques secondes avant cet événement]

 

« Je vis le dernier moment de ma vie d’adolescent rebelle et boutonneux. […] Alors prend fin le rêve impossible d’être à la fois marginal et reconnu. J’entre dans une nouvelle vie où, très vite, va advenir le tourbillon équivoque, plein d’embûches, d’une certaine reconnaissance sociale. […]

 Comment entrer en marche accélérée, dans ce que les « grandes personnes » qualifient d’âge adulte ? Comment être un « jeune homme » loué de tous, et non plus un adolescent« incompris » sans perdre cette partie énervante et précieuse de soi-même qui consiste à ne pasfaire tout à fait partie de la société qui est la nôtre… et pouvoir ainsi la regarder de façoncritique ? […]

 Les problèmes que j’affrontais en tant que jean-Ernest vont disparaître, comme escamotés par un magicien. Bienvenue aux problèmes de Jean : il me faudra y faire face le reste de ma vie. »(p. 64-65).

Une si vive révolte. Editions de l'Atelier. Parution: 13 février 2014 (ce devait être un vendredi 13, mais exprès pour vous le 13 février sera un jeudi. Merci qui?)