25/07/2011

Terrorisme, représentations sociales et monstre doux

Depuis samedi les « nouvelles » donnent en boucle des infos sur le carnage qui a eu lieu en Norvège. Quelques impressions,  non politiquement correctes,  non sur le massacre lui-même, sur lequel je ne dispose d’aucune information spécifique, mais sur la manière dont il a été rendu, surtout  à la radio et à la télévision.

Pour la télévision j’ai zappé entre chaines publiques et TF1, pour la radio, c’est essentiellement France Inter. Les journalistes de cette station sont certainement aussi intelligents et consciencieux que les autres, et il n’est pas dans mes intentions de mettre personnellement en cause tel ou tel, simplement de travailler sur les représentations, dont les conséquences sociales ne sont pas minces, bien qu’il soit difficile de les analyser.

D’abord, on s’est tout de suite demandé s’il ne s’agissait pas d’un « attentat islamiste ». Réflexe conditionné. Bien sûr, on sait qu’un terrorisme se réclamant de l’islamisme existe, mais pourquoi démarrer ainsi au quart de tour ? La majorité des victimes du terrorisme en France depuis 10, 20 ans n’a pas été victime « d’attentats islamistes ».

 Mais on effectue presque  une synonymie.

Ensuite,  on a parlé « de Norvégien de type norvégien ». Expression révélatrice de la difficulté française à dire ces choses-là. On ne veut pas faire dans « l’ethnique », et pourtant. ..  notamment pour les questions de sécurité, on n’échappe pas à ce genre de classification.

Comme le Norvégien était de « type norvégien » (la télé et la presse vont nous le montrer en boucle d’ailleurs, et c’est grand doute ce qu’il souhaitait obtenir !) et que le carnage s’avérait « islamophobe », on a quand même mis la religion dans le coup. Et, notamment dans les divers bulletins d’information de France-Inter, on nous a parlé d’un Norvégien « fondamentaliste chrétien ».  

Cela aurait pu être, naturellement. Il aurait fallu d’ailleurs préciser, dans ce cas : « fondamentaliste luthérien ». Mais… Bizarre car, en même temps, la télévision nous le montrait en tenue de franc-maçon. Les journalistes de France-Inter ne regardent pas la télé ? (et la télé elle-même d'ailleurs, tout en nous passant en boucle le tueur dans sa tenue maçonnique, n'a pas  donné la moindre précision sur la signification de cette photographie),

Et, cette appellation de « fondamentaliste chrétien » a permis un sentencieux commentaire style : ce fondamentaliste est « islamophobe »,  mais il use de la même rhétorique et des mêmes méthodes que les mouvements islamistes. Banco, c’est gagné deux fois :

-d’abord, voilà un attentat «  islamophobe », mais hop, on en remet une couche sur « l’islamisme », même s’il n’est absolument pour rien dans l’affaire ;

-ensuite, suivez mon regard, c’est : braves gens, soyez bien au centre du centre, soumis au monstre doux, ne contestant rien ni personne, tous les extrémismes sont dangereux et se ressemblent. Etc.

Ce n’est pas faux, bien sûr, mais à force de répéter à l’infini un propos aussi stéréotypé (où il n’y a pas besoin de penser) on pousse les gens à croire qu’il est mauvais d’avoir des convictions personnelles, qu’on ne doit suivre que les routes balisées. Bref, sus aux hérétiques de tous poils et vive le fait que des spécialistes pensent pour vous !

Il est d’ailleurs à remarquer que quand vous n’êtes pas extrémiste, que vous refusez d’avoir une pensée-bloc, que vous tentez d’être dialectique, nuancé, vous n’intéressez pas les médias et vous n’avez de chance d’avoir la parole.

Bref, un docte commentaire de café du commerce digne Monsieur/Madame Michou. En revanche, dans les bulletins d’info que j’ai écouté, il a été signalé une fois (et une seule) qu’il s’agissait d’un adepte de jeux vidéo, sans que cela conduise à dénoncer les jeux vidéo.  Bizarre.

Et pourquoi ne pas indiquer que l’auteur des 2 attentats, Anders Behring Brelvik, était franc-maçon ? Cela n’implique en rien, mais vraiment en rien la maçonnerie. Mais dire cela n’est pas médiatique. Voyons pourquoi .

Comme il est impensable que ces journalistes aient ignoré l’appartenance maçonne d’ Anders Behring Brelvik , il est probable qu’ils se sont dits : « si l’on indique qu’il est maçon, cela mettra en cause la maçonnerie. Pour ne pas la mettre en cause, ne mentionnons pas qu’il est maçon ».

Cela signifie qu' à leurs propres yeux, soit ils ne disent rien et cachent leur info, soit ils disent les choses de telle manière que cela induit l’amalgame, la généralisation. Cela signifie qu’ils sont incapables de trouver comment parler de l’appartenance de quelqu’un sans mettre implicitement en cause tout le groupe auquel ce quelqu’un appartient. Voila la FORME habituelle du discours médiatique dominant. Et ses effets persers sont infinis,

Autrement dit, cela ne les gêne pas de prétendre que le tueur soit « fondamentaliste chrétien », alors que cela est pourtant improbable, et donc de « mouiller » tous les dits « fondamentalistes chrétiens », même les plus tranquilles.  Mais, alors qu’ils savent qu’il est franc-maçon, ils ne vont pas le dire car, étant donné la façon dont ils pensent (si j’ose, très audacieusement, utiliser ce verbe à leur propos !), dire qu’il est UN franc-maçon serait impliquer plus ou moins l’ensemble des francs-maçons !

Très significatif de la façon dont l’info est conçue, construite, diffusée… et des stéréotypes qu’elle produit.

De tout ce que j’ai entendu, vu et lu, la meilleure info, jusqu’à plus ample informé, est ce que j’ai lu dans La Croix (25 juillet 2011) :

« Il (=A B. B.) affirme son appartenance à une loge maçonnique, la loge Saint-Jean, dont les membres doivent être chrétiens, comme c’est le cas de toute la maçonnerie des pays scandinaves (connue sous le nom de « rite suédois »). Cette maçonnerie, qui se situe dans l’héritage de l’esprit des Lumières, est à l’opposé du fondamentalisme religieux.

En réalité, on serait ici plutôt en présence d’une idéologie fortement nationaliste, marquée par une islamophobie violente et un curieux mélange de peur de l’étranger et d’ésotérisme, se réclamant d’une « identité chrétienne » mais sans connotation religieuse forte ».

Eh bien, vous savez quoi : France-Inter, comme la télé d’ailleurs,  s’avère incapable de nous donner une telle info ?

Structurellement incapable. Pourquoi ? Pour une raison très simple. Vous ne devinez pas ? Ce n’est pourtant pas sorcier : lisez à haute voix le passage cité et chronométrez.

Top chrono : 35 secondes : une éternité !

La radio et la télé, au XXIe siècle (cela n’a pas toujours été le cas) sont devenues incapables de passer 35 secondes pour nous dire l’identité d’une personne, avec quelques nuances et complexité. Il faut trouver une catégorisation qui prenne 2 secondes. Fut-ce-t-elle caricaturale, ou fausse.

Et pourquoi, faut-il trouver une catégorisation de 2 secondes ? Pour pouvoir vous la passer en boucle toute la journée. Pour pouvoir redire 100 fois la même chose, jusqu’à gaver votre « partie de cerveau disponible ». La radio et la télé sont devenues incapables de vous expliquer une bonne fois les choses, et de vous laisser réfléchir ensuite.

C’est cela le MONSTRE DOUX dont parle R. Simone (cf. le compte-rendu que le Blog en a fait le 26 novembre 2010).

Ce que j’appelle la douceur totalitaire. Le monstre doux, et face à lui… des tueurs fous.

 

 PS : Je suis d’accord avec les commentaires faits par Marc Andrault (auteur d’un très intéressant ouvrage sur Sarkozy et Dieu, de l’usage politique des monothéismes, Berg International) sur ma dernière Note concernant le Conseil d’Etat

2ème PS: autre exemple de journaliste qui diffuse une info fausse: Willy Le Devin dans Libé du 25 juillet. Il prétend que jusqu'à l'arret de la cour Européenne des droits de l'homme, le rapport parlementaire de 1995 "avait valeur de jurisprudence". Doublement faux, car:

-d'une part, ce rapport (comme tout rapport parlementaire) n'a jamais eu aucune "valeur de jurisprudence" et ne peut en avoir. Il s'agit là d'un principe essentiel: la séparation des pouvoirs qui, depuis Montesquieu, est au fondement de la démocratie?

-d'autre part, la secrétaire générale de la MIVILUDES, Amélie Cladière, a reconnu publiquement (ce que l'on savait dééjà par ailleurs), dans un colloque, que  (même administrativement) la liste établie par ce rapport était à "proscrire" (cf. Quelles régulations pour les nouveaux mouvements religieux et les dérives sectaires dans l'union européenne? N. Luca (éd.), Presses Universitaires d'Aix-Marseille, 2011, p. 64 et 177). Le seul c'est que, officiellement proscrite, la liste continue cependant de faire des ravages.

 Réponse au commentaire de Misafir : Peut-être, mais justement cela est significatif :  il suffit donc qu'un policier, dans l'urgence et sans avoir vérifié, indique une information fausse pour qu'elle soit répercutée en boucle à l'ensemble de la planète! Et le plus intéressant dans l'affaire, c'est que la "Revue de presse" de france-Inter a diffusé un extrait de La Croix sans que pour autant il soit cessé de qualifier l'auteur de la tuerie de "fondamentaliste chrétien". Divergence interne ou manque de communication à l'intérieur de la rédaction?

 

 

Commentaires

Quand on voit la vidéo qu'il a postée sur Internet, c'est effrayant : des références obsessionnelles aux croisades, aux templiers, des images pompées sur des sites Internet français.

Écrit par : Michel Servet | 25/07/2011

C'est la police norvégienne qui l'a présenté comme un "fondamentaliste chrétien". L'information a simplement été reprise par les médias.

[JB: Peut-être, mais justement cela est significatif : il suffit donc qu'un policier, dans l'urgence et sans avoir vérifié, indique une information fausse pour qu'elle soit répercutée en boucle à l'ensemble de la planète! Et le plus intéressant dans l'affaire, c'est que la "Revue de presse" de france-Inter a diffusé un extrait de La Croix sans que pour autant il soit cessé de qualifier l'auteur de la tuerie de "fondamentaliste chrétien". Divergence interne ou manque de communication à l'intérieur de la rédaction?]

Écrit par : misafir | 26/07/2011

"Dimanche, le New York Times a titré «La Norvège inculpe un chrétien extrémiste». Plusieurs autres médias comme le Los Angeles Times ou l'agence Reuters ont aussi utilisé cet aspect chrétien, rappelle O'Reilly. Mais Breivik n'est pas chrétien. C'est impossible. Personne qui croit en Dieu ne peut commettre un tel meurtre collectif. L'homme se dit peut-être chrétien sur Internet, mais il n'appartient certainement à cette religion."
"L'aspect chrétien vient d'un policier norvégien, mais il ne s'appuie sur aucun fait tangible. (...) Alors pourquoi employer ce terme ? Deux raisons. D'abord, les médias libéraux veulent mettre sur le même plan les actes de Breivik, de Tim McVeigh, le poseur de bombe d'Oklahoma City, et ceux d'Al-Qaida. La gauche veut que vous croyiez que les fondamentalistes chrétiens sont aussi malades que les fous du Jihad."

source arrêt sur images

C'est intéressant car le journaliste affirme que qqn "qui croit en Dieu ne peut commettre un tel meurtre collectif". Il a raison. Mais quand il complète sa pensée, on a la forte impression qu'il établit une nette différence entre les fondamentalistes chrétiens qui ne sauraient en aucun cas commettre des crimes collectifs et les fondamentalistes musulmans qui bien évidemment ne sont que des fous du Jihad.

Je pose la question : pkoi ne pourrait-on pas comparer le terroriste d'Oslo à un terroriste islamiste ?

Écrit par : misafir | 26/07/2011

Le terroriste d'Oslo se présente comme un "Croisé de la Chrétienté" mais les chrétiens lui contestent cette qualité.

Les terroristes islamistes prétendent accomplir le jihad mais des dizaines de théologiens musulmans ont lancé des fatwas pour leur dénier cette prétention (les opérations martyres, les attentats suicides ne peuvent être considérés comme étant le jihad).

Quelle différence entre les deux ?

Je lis à droite à gauche qu'on ne peut pas qualifier le terroriste d'Oslo "de fondamentaliste chrétien". Ok ! Mais pkoi n'a-t-on jamais écouté les théologiens musulmans qui ont condamné maintes et maintes fois le terrorisme se réclamant de l'Islam ?

Écrit par : misafir | 26/07/2011

Bonsoir

Le terrorisme, je n'admets pas.

Écrit par : MULOT Roger | 26/07/2011

Cet attentat incitera-t-il à prendre conscience de la haine anti-musulmans et anti-arabes qui s’est installée en Europe ? Pourrions-nous percevoir comment se développent la stigmatisation, les paroles de rejets, dans les conversations, dans la rue, dans les cours de récréation ? Les premiers passages à l’acte sont-ils les inscriptions racistes, notamment sur les lieux de culte ? Sans parler des tombes profanées. Faut-il s’étonner ensuite des agressions isolées. Existe-t-il encore des ratonnades en France ?

L’extrême droite, certains catholiques jouent un rôle dans le développement de ces idées, notamment en incitant le gouvernement à user aussi de la stigmatisation et ainsi à la banaliser.

Mais en exprimant leurs convictions profondes, sont-ils les plus condamnables ?

Je trouve plus grave le rôle des médias qui ne montrent pas les musulmans ordinaires, pacifiques, modérés, intégrés.

Mais surtout, nous, la majorité silencieuse, quel rôle jouons-nous en laissant dire et se répandre les lieux communs anti-musulmans ? Tous ceux qui devraient avoir davantage l’habitude de réfléchir et de s’exprimer ne sont-ils pas aussi responsables lorsqu’ils se taisent, et que par paresse intellectuelle, ou par lâcheté, ils ne cherchent pas à démonter ces lieux communs ?

Et les militants laïcs, qui s’opposent à la visibilité de l’islam, quelle caution involontaire apportent-ils à cette volonté d’exclusion, de haine et ensuite de violence ?

Voulons-nous une radicalisation de l’islam, provoquée par le rejet, le développement de minorités isolées se réfugiant dans une religion rassemblant les exclus, avec des violences s’accompagnant de violences en représailles, comme nous pouvons le voir dans d’autres pays ?

Il suffirait de faire preuve d’ouverture et de s’intéresser à cette religion et à la culture qui l’accompagne, pour mieux la comprendre et vivre en harmonie. Il s’agit de préserver la paix, chez nous. Qui le comprend ? Qui s’en préoccupe ?

Écrit par : Francis | 26/07/2011

Merci à M. Baubérot pour les références du rapport de N. Luca. Mais l'ouvrage semble épuisé. Une réédition est-elle prévue?

Écrit par : Véronique | 27/07/2011

misafir, c'est le terroriste d'Oslo lui-même qui dit n'être pas un chrétien au sens religieux du terme mais au sens culturel: “If you have a personal relationship with Jesus Christ and God then you are a religious Christian. Myself and many more like me do not necessarily have a personal relationship with Jesus Christ and God. We do however believe in Christianity as a cultural, social, identity and moral platform. This makes us Christian".

Écrit par : Mike | 27/07/2011

"Il s’agit de préserver la paix, chez nous."

Ah bon, il y a risque de guerre ????
Je me demande si les nombreuses revendications identitaires de l'Islam, son côté victimaire très théatralisé et largement relayé par les medias,et tout un congloméra d'assoc, d'institutions, de partis, ne sont pas "stigmatisants".
Mais, j'ai mauvais esprit !!!

Écrit par : MULOT Roger | 27/07/2011

Au fait, sur le message de J Baubérot, d'accord sur le rôle des medias.Mais il y a une telle proximité entre argent et medias, justement, qu'il ne faut pas s'étonner du résultat, surtout quand les riches capitaines d'industrie ( je suis gentil ) sont si proches du pouvoir politique.
Et je dois dire qu'un truc comme médiapart ne me plait pas beaucoup non plus.Et BHL chez Lagardère, c'est un pb.Il me semble avoir lu que BHL avait vendu à Lagardère une société familiale très implantée en Afrique, avant de devenir éditorialiste au " Point ".

Écrit par : MULOT Roger | 27/07/2011

"Ah bon, il y a risque de guerre ????"

Je ne parle de guerre, mais de préserver la paix.

Je suis étonné de la passivité avec laquelle les Français qui se sentent de culture musulmane acceptent les attaques du gouvernement. Mais quand une partie d'un pays est montrée du doigt durant plusieurs générations, ça peut conduire à des actions violentes. On comprend ça en voyageant à côté de chez nous en Irlande ou en Croatie. J'ai l'impression qu'on allume un feu qui progressera et que nos descendants devront éteindre après notre mort.

D'autre part, quand un illuminé tue près d'une centaine de personnes au nom de la lutte anti islam, quand des foyers habités par des musulmans sont incendiés, comme en Allemagne, c'est pas trop pacifique.

Écrit par : Francis | 27/07/2011

En tout cas, il se présentait comme un croisé :

Andrew Berwick, Commandeur des chevaliers justiciers
Chevalier des Templiers d’Europe
Chevalier des Templiers de Norvège

il espérait provoquer une guerre religieuse, une guerre civile,

il y a un aspect religieux dans son action mais probablement n'est-il pas fondamentaliste au sens religieux

Écrit par : misafir | 28/07/2011

Un extrait de son journal :

I prayed for the first time in a very long time today. I explained to God that unless he wanted the
Marxist-Islamic alliance and the certain Islamic takeover of Europe to completely annihilate
European Christendom within the next hundred years he must ensure that the warriors fighting for
the preservation of European Christendom prevail. He must ensure that I succeed with my mission
and as such; contribute to inspire thousands of other revolutionary conservatives/nationalists; antiCommunists and anti-Islamists throughout the European world.

Écrit par : misafir | 28/07/2011

Dans l'affaire de l'assassinat de Theo van Gogh son meurtrier a été présenté comme un "islamiste radical voulant mourir comme un martyre" alors que l'on sait qu'il n'avait pas de projet politique et qu'il n'était lié à aucune organisation terroriste, qu'il s'agissait donc d'un acte isolé.

Le terroriste d'Oslo a écrit dans son manifeste son intention de recourir à un acte terroriste pour réveiller les consciences européennes . Il s'est même posé la question de savoir s'il allait mourir en martyre ou pas. On sait qu'il a passé pls années à rédiger son manifeste, à prendre contact avec des nationalistes européens (il parle de ce travail de récolte de mails dans son manifeste). Pourtant, non seulement les journalistes ne le présentent pas comme un terroriste mais ils tentent aussi d'occulter son son projet politique en le faisant passer pour un homme solitaire un peu dérangé.

J'ai l'impression que la tuerie d'Oslo n'a pas provoqué de prise de conscience quant à la dangerosité des discours islamophobes. Je trouve aussi que les intellectuels ne font pas vraiment leur travail. Ils devraient dénoncer, alerter, expliquer les événements que nous vivons : la chasse aux roms, l'islamophobie, la xénophobie, la catégorisation des étrangers (les gentils européens avec des droits et les méchants extra-européens indésirables, parasites). Les intellectuels devraient traduire tous ces discours et expliquer ou cela va nous mener.

Écrit par : misafir | 28/07/2011

Francis, après avoir dénoncé avec raison les stigmatisations fondées sur des généralisations, demande : "Et les militants laïcs, qui s’opposent à la visibilité de l’islam, quelle caution involontaire apportent-ils à cette volonté d’exclusion, de haine et ensuite de violence ?" Sans le vouloir davantage, il tombe dans le travers qu'il dénonce puisque, par une virgule intempestive après "laïcs" (je préfèrerais "laïques"), il laisse entendre que tous ceux qui défendent la laïcité le font dans le même esprit que "Riposte laïque".

Écrit par : Marc Andrault | 28/07/2011

"J'ai l'impression qu'on allume un feu qui progressera et que nos descendants devront éteindre après notre mort."

C'est un peu mon impression aussi, mais pour moi, il y a des erreurs des 2 côtés, même si en prenant en compte l'histoire, la balance penche plutot d'un côté.Il serait peut-être temps de mettre le passé de côté, s'il ne perdure pas sans les faits.
J'espère que notre pays ne sera pas à nouveau confronté à des guerres de religion et que les religions n'auront jamais autorité dans le domaine temporel.Sur ce dernier point, je suis inquiet.
Cordialement

Écrit par : MULOT Roger | 28/07/2011

"Et les militants laïcs, qui s’opposent à la visibilité de l’islam, quelle caution involontaire apportent-ils à cette volonté d’exclusion, de haine et ensuite de violence ?"

Vous avez raison Marc Andrault, les militants laïques ne s'arrêtent pas forcément à la visibilité de l'islam. Heureusement.

Néanmoins, dans les réactions que j'ai observé, ce qui m'a frappé c'est le contraste entre le discours affirmant la liberté religieuse et simultanément la gêne ou le refus épidermique de voir ce qui est la conséquence de la pratique : le voile (hijab ou niqab), les minarets, les prières dans la rue, les rites alimentaires ou vestimentaires, les prises de position sur des faits de société...

Or, ces signes ont pu me gêner moi-même. Et j'ai compris que l'enjeu était précisément d'en comprendre la signification dans un but de tolérance et pour les expliquer à mes enfants (personne ne le fait sinon). Mais même si cela nous semble énigmatique, d'avoir l'honnêteté de les accepter comme autant de conséquences d'une liberté religieuse nécessaire. Mais aussi parce que l'équivalent a très souvent été accordé aux catholiques. Enfin parce que vivre ensemble implique aussi de ne pas humilier les croyants.

Effectivement, on écrit laïque au masculin, mais c'est une exception orthographique étrange.

Écrit par : Francis | 28/07/2011

"J'ai l'impression que la tuerie d'Oslo n'a pas provoqué de prise de conscience quant à la dangerosité des discours islamophobes... Les intellectuels devraient traduire tous ces discours et expliquer ou cela va nous mener."

Misafir, je partage votre perplexité. J'ai l'impression qu'il y a 30 ans, les intellectuels osaient s'exprimer sur ces questions. Aujourd'hui, on se demande s'ils réfléchissent, si ces sujets les intéressents, s'ils ont peur de se faire mal voir. Pourtant, on a vu très concrêtement où conduisait l'antisémitisme ordinaire avec la Shoah.

Mon explication c'est que si la droite n'aime pas les arabes, la gauche n'aime pas les musulmans. Donc, plus personne pour prendre leur défense.

Il y aurait un gros travail pour faire connaître l'islam, montrer que beaucoup y trouvent humilité et tolérance, et s'intéresser davantage à cette religion. Mais un musulman poli, pacifique et qui nous fait réfléchir, ça ne rapporte pas d'audimat et ça ne permet pas d'être élu. A moins que les musulmans ne créent leur propre parti ? Après tout les nationalistes, les écologistes et même les chasseurs l'ont bien fait pour se faire entendre et ça marche !

Écrit par : Francis | 28/07/2011

Concernant, les intellectuels, peut-être que les médias ne leur donnent pas la parole et le temps nécessaire pour qu'ils puissent témoigner de leur époque. Ceux qui sont médiatisés ne m'intéressent pas (les intellectuels faussaires de P. Boniface).

Quant aux intellectuels musulmans '"chouchous" des médias français, on ne leur donne la parole que parce qu'eux-mêmes méprisent les musulmans pratiquants.

Écrit par : misafir | 29/07/2011

l'expression "chrétien fondamentaliste" a parfois été comprise de façon curieuse par certains Français : sur un forum non "religieux", mais où les gens parlent de tout, y compris de religion, ça s'est traduit par : c'est un catholique traditionnaliste, c'est un intégriste catholique ; j'ai même vu le terme "lefebvriste" appliqué à Anders Behring Breivik ..

Il faut dire que certaines choses prêtaient à confusion .. les luthériens norvégiens ont des évêques, ce qui n'est pas le cas des luthériens français ; du coup, on parlait d'évêque, en France, en entendant ce mot on pense tout de suite aux catholiques, surtout quand en même temps on parle de la "cathédrale d'Oslo", même si je pense qu'il s'agit d'une cathédrale luthérienne, ce qui n'existe pas en France non plus ...
du coup les journalistes parlaient d'une "messe" dite en mémoire des victimes .. c'est tout ça qui pouvait prêter à confusion ...
j'ai même entendu un journaliste déclarer quelque chose comme : bon c'est vrai que la Norvège a une longue tradition catholique ( dans un sens, avant la Réforme c'est vrai .. lol ), mais il ne faut pas non plus oublier qu'ils ont une tradition viking ( d'ailleurs je ne sais pas ce que c'était censé prouver, ça ??? comme dirait Eva Joly, ça fait un moment qu'ils sont descendus de leurs drakkars .. )..
pas un mot du protestantisme, alors là il faut le faire...
même si ce qu'a fait ce jeune homme ne glorifie pas le christianisme, sous n'importe quelle forme ...

Écrit par : Françoise | 30/07/2011

Monsieur Baubérot, vous voyez bien que dans le cas du terroriste d'Oslo aucune de ses appartenances (chrétienté, franc-maçonnerie, extrême droite européenne, terrorisme européen...) n'a été réellement questionnée et mise en cause.

Écrit par : misafir | 30/07/2011

La piste islamiste évoquée au départ, on la retrouve à l’arrivée, dans la bouche de Lionnel (avec deux « n ») Luca, « député de la nation : «Le premier responsable de ce climat délétère, c’est l’islamisme. C’est lui qui a créé l’islamophobie, récupérée ensuite par l’extrême droite, puis instrumentalisée par la gauche et le Mrap.» Amalgame classique de tous les xénophobes, auquel n’échappe donc pas une des grandes gueules de la droite populiste UMPiste : islamistes = islam, musulmans = islam, donc musulmans = islamistes, même si il n’énonce que la première proposition du syllogisme.

L’insistance mise pour ensuite désigner le coupable probable comme étant un « Norvégien de souche » traduisait la volonté des commentateurs de bien faire comprendre que les islamistes n’y étaient absolument pour rien. L’attentat et le massacre étaient bien dus à un terroriste autochtone et non "allochtone", comme dit riposte raciste.

Si l’appartenance à la Franc-maçonnerie n’a pas été notée sur France Inter, elle était évidente à la télé puis dans les photos des journaux et magazines. Des sites cathotradis, très proches des identitaires, s’en sont emparés, ignorant que la Franc-maçonnerie dite « régulière » est déiste et que les autres églises chrétiennes ne partagent pas l’ostracisme du Vatican (relatif, d’ailleurs, puisque des prélats appartenaient à la loge P2). Le terroriste se réfère bien à tout un fatras d’images d’épinal sur les croisés, les templiers, etc. Ne tombons pas dans l’amalgame cher à tous les islamophobes . Ce n’est pas parce que Anders Behring Breivik se réclame d’un christianisme de croisade, que tous les attardés du bulbe qui se prennent pour Godefroy de Bouillon sont des terroristes.

Donc, il me semble que l’insistance mise pour décrire le terroriste comme un Norvégien typique était due, sans doute à la surprise (la 1ère hypothèse étant l’attentat islamiste, celle d’ailleurs de la police norvégienne qui craignait une deuxième voiture piégée) ; le journaliste que j’ai entendu parler de « Norvégien de souche » le faisait sans doute volontairement, pour bien signifier à nos « souchiais » que le terrorisme n’était pas l’exclusivité de sarrazins au cimeterre entre les dents. Le luthérianisme est bien une composante du christianisme, la conception d’un christianisme de combat pour bouter le maure hors du royaume peut recevoir l’étiquette fort vague de fondamentalisme, « fondamentaliste chrétien » pour désigner le personnage n’était pas tout-à-fait impropre. Christianisme et franc-maçonnerie ne sont pas contradictoires. Et si les valeurs que prône la franc-maçonnerie sont en contradiction avec le fatras religioso-idéologique affiché par Anders Behring Breivik, il ne sera pas le premier dont les actions sont totalement à l’opposé de ce que supposait son adhésion à une obédience (cf Gelli et la loge P2).

http://leplus.nouvelobs.com/contribution/176368;drame-norvegien-c-est-a-cause-de-l-immigration-selon-un-cadre-du-fn.html

Écrit par : J. F. Launay | 01/08/2011

< C'est la police norvégienne qui l'a présenté comme un "fondamentaliste chrétien". L'information a simplement été reprise par les médias.

[JB: Peut-être, mais justement cela est significatif :[...] Et le plus intéressant dans l'affaire, c'est que la "Revue de presse" de France-Inter a diffusé un extrait de La Croix sans que pour autant il soit cessé de qualifier l'auteur de la tuerie de "fondamentaliste chrétien". Divergence interne ou manque de communication à l'intérieur de la rédaction?]

Écrit par : misafir | 26/07/2011 >
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Jean Baubérot, dans sa réponse ci-dessus à "misafir", met le doigt sur un phénomène que je remarque de plus en plus souvent dans mon journal quotidien, depuis environ un an :

Un "Propos Libre" (émanant d'un spécialiste, de l'auteur d'un livre sur un sujet qu'il souhaite vulgariser, ou un "intellectuel" engagé sur un thème) ou, pire encore, un "Dossier Spécial" d'un(e) journaliste de ce quotidien, montre que telle idée couramment admise ou tel récit habituel d'un événement est en réalité une erreur, avec plein d'arguments et de sources à l'appui.
Bien. J'enregistre d'autant mieux que cette rectification vise, indirectement, le discours tenu auparavant par CE MËME JOURNAL sur le sujet, et dont je me souviens parfaitement.
Et que se passe-t-il ensuite ?...

... OUI, vous l'avez deviné ! Dès qu'il est de nouveau fait référence à ce sujet précis dans un article du journal, c'est la VERSION ANTERIEURE qui est reprise... comme s'il n'y avait jamais eu de rectification dans un numéro précédent du même journal !!!

C'est dire qu'il n'y a aucune "capitalisation" de ce qui est publié. Celui/celle qui écrit habituellement sur le thème concerné semble n'avoir jamais eu connaissance du travail de décryptage fait par un(e) collègue ou par une personne extérieure. En tout cas, il/elle ne se sert pas de ce travail fait par une autre personne et ne le contredit pas non plus en explicitant ses propres arguments contraires. Il/elle "l'ignore" tout simplement.

Pour moi qui depuis toujours, dès qu'un thème m'intéresse vraiment, suis à l'affût de tels décalages entre les sources, ce journaliste se tourne en ridicule (car auparavant, ces décalages apparaissaient entre deux journaux d'orientations différentes, pas de manière aussi grossière dans un même journal). Cependant, pour tous les lecteurs qui n'ont pas le temps de repérer de telles contradictions, c'est la version habituelle qui va l'emporter, avec le temps, la répétition, etc.

Je ne peux trancher entre les deux hypothèses qu'avance Jean Baubérot : divergence ou manque de communication. Mais, dans les deux cas, c'est la bêtise qui gagne.

Écrit par : michel bruston | 22/08/2011

< C'est la police norvégienne qui l'a présenté comme un "fondamentaliste chrétien". L'information a simplement été reprise par les médias.

[JB: Peut-être, mais justement cela est significatif :[...] Et le plus intéressant dans l'affaire, c'est que la "Revue de presse" de France-Inter a diffusé un extrait de La Croix sans que pour autant il soit cessé de qualifier l'auteur de la tuerie de "fondamentaliste chrétien". Divergence interne ou manque de communication à l'intérieur de la rédaction ?]

écrit par : misafir | 26/07/2011 >
- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Jean Baubérot, dans sa réponse ci-dessus à "misafir", met le doigt sur un phénomène que je remarque de plus en plus souvent dans mon journal quotidien, depuis environ un an :

Un "Propos Libre" (écrit par un spécialiste, par l'auteur d'un livre sur un sujet qu'il souhaite vulgariser, ou par un "intellectuel" engagé sur un thème) ou, pire encore, un "Dossier Spécial" d'un journaliste de ce quotidien, montre que telle idée COURAMMENT ADMISE ou tel récit HABITUEL d'un événement est en réalité une erreur, avec plein d'arguments et de sources à l'appui.

Bien. J'enregistre d'autant mieux que cette rectification vise aussi, indirectement ou partiellement, le discours tenu auparavant par CE MËME JOURNAL sur le sujet, et dont je me souviens parfaitement.
Et que se passe-t-il ensuite ?...

... OUI, vous l'avez deviné ! Dès qu'il est de nouveau fait référence à ce sujet précis dans un article du journal, c'est la VERSION HABITUELLE qui est reprise... comme s'il n'y avait jamais eu de rectification dans un numéro précédent.

C'est dire qu'il n'y a aucune "capitalisation" de ce qui est publié. Celui/celle qui écrit habituellement sur le thème concerné semble n'avoir jamais eu connaissance du travail de décryptage fait par un(e) collègue ou par une personne extérieure. En tout cas, il/elle ne se sert pas de ce travail fait par une autre personne et ne le contredit pas non plus en explicitant ses propres arguments. Il/elle "l'ignore" tout simplement.

Pour moi qui depuis toujours, dès qu'un thème m'intéresse vraiment, suis à l'affût de telles divergences entre les sources, ce journaliste se tourne en ridicule. Car auparavant, les contradictions apparaissaient entre deux journaux d'orientations différentes, pas de manière aussi grossière dans un même journal.
Cependant, pour tous les lecteurs qui n'ont pas le temps de repérer de telles divergences dans leur propre journal, c'est la version habituelle qui va l'emporter, avec le temps, la répétition, etc.

Je ne peux trancher entre les deux hypothèses avancées par Jean Baubérot : divergence (non explicitée) ou manque de communication au sein de la rédaction. Mais, dans les deux cas, c'est la bêtise qui gagne.


Bon, bref, en cette période d'été où l'on est censé être plus "léger" et où les citations sont à l’honneur, celle-ci (archi-connue) d'Einstein me semble appropriée :

"Il n'existe que deux choses infinies, l'univers et la bêtise humaine ; en ce qui concerne l'univers, je n'ai pas encore acquis de certitude absolue."

[Question amusante : est-ce qu'Einstein a réellement prononcé cette phrase précise ? (est-ce une fausse attribution de la phrase d’Ernest Renan : "La bêtise humaine est la seule chose qui donne une idée de l’infini." ?). Pour vous aider, un coup de pouce : Malraux n'a en réalité jamais dit : "Le XXIème siècle sera spirituel ou ne sera pas." (c’est une contraction de la phrase suivante, authentique celle-là : "Je pense que la tâche du prochain siècle, en face de la plus terrible menace qu'ait connue l'humanité, va être d'y réintégrer les dieux.")]

[Réponse (à ne décrypter qu'après un temps de profonde méditation... ou de dispute avec vos compagnons de vacances) : . unes quelques trouver en pour " univers infini humaine bêtise Einstein " avec recherche de moteur un utilisez ; authentifiée est ’ n aucune , variantes nombreuses très de a y Il]

Écrit par : michel bruston | 22/08/2011

Jean Baubérot,

Pourrais-tu supprimer la première version de mon commentaire ci-dessus ?
Encore incomplète et pas finalisée, elle n'était pas destinée à être "envoyée". D'ailleurs, je ne comprends pas bien comment elle l'a été sans que je le souhaite.... certainement un fausse manoeuvre de ma part, mais dont je ne me suis même pas aperçu sur le moment.
Merci d'avance.

Écrit par : michel bruston | 22/08/2011

Article très instructif, merci à vous.

Écrit par : Jeux de guerre | 11/04/2012

En effet, article complet et bien argumenté. Merci.

Écrit par : jeux de guerre | 28/06/2012

Écrire un commentaire