28/10/2009

Une Mission parlementaire boumerang !

Commentaires sur mon audition devant la Mission parlementaire sur le voile intégral

(cf. le texte de ma déclaration préalable dans la Note du 21/10/09)

 

 

J’ai pris du temps avant de commenter mon audition devant la Mission parlementaire, d’abord parce que je voulais prendre quelque recul face à mes premières impressions, ensuite parce que je voulais ne pas en rester aux impressions et, malgré un agenda surchargé, visionner l’ensemble de la séance.

J’invite d’ailleurs celles et ceux qui ne l’ont pas fait à visionner à leur tour la séance. Ils pourront ainsi confronter ce que j’écris avec leur propre jugement.

http://www.assemblee-nationale.fr/13/commissions/voile-integral/voile-integral-20091021-1.asp

 

Je ne m’attendais certes pas à un dîner de gala. J’ai pourtant été très surpris par la façon dont l’audition s’est déroulée. Surpris et inquiet pour le fonctionnement de la démocratie.

J’avais d’ailleurs un peu préparé un argumentaire pour expliciter mon exposé initial. Mais il se fondait sur un autre niveau de débat, et j’ai du complètement improviser.

Ma surprise a été renforcé par le fait que la veille j’avais participé à une table ronde « de la société civile » (comme on dit !) : « L’habit fait-il toujours le moine ? » Différentes opinions s’étaient exprimées. Mais toutes témoignaient d’un autre niveau intellectuel.

Revenons à la Mission parlementaire.

 

Une Commission sous influence :

D’abord le président de la Commission, André Gérin, a commencé par une intervention de 10 bonnes minutes qui définissait la ligne… de la Mission, comme si elle avait une pensée unique et  unanime (emploi à plusieurs reprises du « nous »).

Gérin recherchait un effet méthode Coué par la répétition de mots blocs comme « intégriste », « fondamentaliste », obscurantiste », « barbare »,… et il bouclait la discussion avant même qu’elle ne soit commencée.

Cela constituait une sorte de manœuvre d’intimidation : je n’avais pas encore ouvert la bouche et mon propos était déjà considéré comme hérétique, déviant par rapport à ce que la Commission devait penser.

Gérin a effectué une synthèse très unilatérale (cf. ci après) des auditions de la Mission et il a même annoncé quel serait le contenu d’une future audition ! Merveilleux.

 

Mais le plus surprenant, pour moi, était la façon dont l’ensemble des députés présents laissaient faire leur président : on aurait dit de petits garçons (et quelques petites filles) se faisant mener à la baguette par un maître d’école autoritaire.

 

Ce cadrage dogmatique a été renforcé par le fait que juste après mon intervention, Gérin a donné la parole à Jacques Myard, qui ne l’avait pas demandée !

Mais l’ordre de mission attribué à son compère était clair : être immédiatement un tonton flingueur pour le cas ou tel ou tel député aurait pu accepter certains de mes arguments.

 

Un anti-intellectualisme primaire :

Et Myard a, tout de suite, mis en place un argumentaire qui allait fonctionner jusqu’à la fin des débats : vous êtes un intellectuel, donc « à mille lieux des réalités » ; vous nous dites qu’ « il faut  négocier » alors qu’il « faut combattre ».

Je n’avais jamais parlé de « négocier » !

Plus tard, alors que j’avais indiqué avoir effectué une enquête sociologique de 2 ans au Québec, il m’a été répondu, de façon un peu méprisante : « Ce n’est pas parce que vous avez rencontré une musulmane au Québec… » !

Belle conception de l’enquête sociologique !

 

La stratégie m’a paru très au point et a fonctionné pendant toute la demi-heure de la discussion

-         au lieu de débattre du contenu de ce que j’avais dit, on m’a obligé à rectifier, à me défendre : à expliquer rapidement ce qu’est le travail d’un historien et sociologue, une démarche de connaissance, à rappeler que je n’avais jamais parlé de négocier,  à préciser que j’avais exercé pendant plus de 20 ans des activités de direction et que je me suis coltiné les problèmes évoqués, en leur apportant des solutions, etc.

-         cela n’a pas empêché des piqûres de rappel : l’accusation d’ « intellectualisme », d’être un « intellectuel » (un gros mot pour ces so called anti obscurantistes !) a été reprise. De même le terme « négocier » est revenu plusieurs fois comme si cela avait été le centre de mon propos.

-         à part une exception (j’y reviendrai), les 2 ou 3 interventions qui se sont voulues un peu plus nuancées, étaient elles-mêmes obligées d’être sur la défensive, de se situer par rapport à leurs collègues, alors que ceux-ci attaquaient billes en tête et sans vergogne, eux !

 

Les députés ont donc fait comme si seul un intello pouvait leur tenir de semblables propos, et quand j’ai un peu haussé le ton, en réponse à leurs attaques (je croyais qu’il s’agissait d’une Mission d’information !), m’ont quasiment reproché de mettre en cause la représentation nationale.

Myard dans sa seconde intervention a même dit : « je ne peux accepter et personne n’acceptera ici »… que je compare la dite burqa et le communisme stalinien.

 

Voici maintenant, quelques réflexions regroupant par thème les débats qui ont eu lieu:

 

1) Sur la laïcité :

En fait, les intervenants qui ont joué la surprise ont fait preuve de mauvaise foi : la conception de la laïcité que j’ai développée  (traitée, par 2 fois de « laïcité de circonstance » !) avait déjà été exposée, de façon analogue, par 2 associations militantes :

-         l’Union des Familles Laïques (par ailleurs favorable à une loi) leur a dit qu’une loi ne pouvait être prise au nom de la laïcité: « Le principe de laïcité doit rester cantonné à la sphère publique. L’étendre à la société civile revient à faire un contresens sur ce qu’il signifie. Une telle extension, loin de renforcer le principe de laïcité, l’affaiblirait ».

-         La Fédération nationale de la Libre Pensée (défavorable à une loi) : « La laïcité (…) est un mode d’organisation politique des institutions. Elle vise, par la séparation des Eglises et de l’Etat (loi de 1905), à distinguer institutionnellement le domaine de l’Administration et des services publics du domaine privé de la vie des citoyens. »

 

Par ailleurs, tout en se montrant comme moi, opposée au port de la « burqa », la Libre-pensée a été peut-être encore plus incisive dans le refus de la loi :

Quelques citations de la déclaration de son représentant :

« Ce sont toujours les dictatures qui ont voulu imposer un mode de vie et des modes vestimentaires [suivent divers exemples]. L’Histoire regorge de ces tentatives totalitaires de vouloir régenter la vie des gens. »

Et la Libre-Pensée continue : « Il nous semble qu’interdire le port de la burqa, dans ce que nous considérons comme la sphère privée, est attentatoire aux libertés individuelles et démocratiques. 

Il semble que nous soyons désormais dans une logique qui tend à restreindre toujours davantage la liberté de comportement des personnes (…) Nous estimons qu’il appartient aux femmes, et aux femmes seules, de déterminer leur comportement»

Lire l’ensemble de l’intervention dans La Raison, n° 245, novembre 2009. Brumaire CCXVIII.

 

Il est intéressant de constater que l’ensemble de ceux qui disent qu’une loi ne se justifie en aucune manière au nom de la laïcité est nettement plus large que sur le problème du foulard à l’école.

 

Mon affirmation que la première exigence de laïcité s’applique à la République elle-même n’a rencontré aucun écho. En fait leur invocation de la laïcité est manipulée par leur invocation de l’égalité femme-homme

(et inversement comme nous allons le voir).

En effet l’évocation de l’égalité des sexes sert à rejeter dans l’impensé tout ce qui a trait à la laïcité et qui ne peut être directement rattaché à cette égalité.

L’invocation de l’égalité des sexes sert donc avant tout à une conception réductrice de la laïcité.

 

2) Sur les discriminations :

Je passerais sur l’interprétation, contraire à tout savoir historique, de la loi de 1905 comme loi qui a su « stigmatiser » si cette invocation ne cautionnait pas une future loi. Plus généralement, j’ai été effaré d’entendre, de plusieurs députés, que c’était « nous » qui étions actuellement stigmatisés, et non celles et ceux  qui sont victimes de discriminations.

« Il ne faut pas inverser les rôles » a déclaré un député, en les inversant précisément !

 

Ma référence à la page du Monde où un journaliste racontait tout ce qu’il a du subir parce qu’il s’appelait « Mohammed », et sur la multiplicité des témoignages reçus par le quotidien à la suite de ce texte, a complètement fait flop !

Plus généralement, ma demande d’élargir la Mission pour y inclure « l’ensemble des problèmes liés à la diversité de la société française » n’a rencontré aucun écho.

Sur les discriminations, une seule personne s’est déclarée d’accord et m’a posé une question sur les accommodements raisonnables : cette députée (G. Pau-Langevin) est femme et Française des Antilles : cherchez l’erreur !!!

 

3) Sur l’égalité des sexes :

C’est d’ailleurs la seule femme qui s’est exprimée (et son intervention a duré, au plus, une minute) dans une assemblée où il y avait environ 15 hommes et 5 femmes. Les hommes ont tenu le crachoir, plusieurs intervenants 2 fois.

Les femmes, elles, se sont tues, ce qui m’a stupéfait.

Donc à l’exception d’une intervention d’une minute, seuls les hommes ont parlé, alors même que l’on m’a dit qu’il fallait refuser une situation où « les hommes monopolisent la parole ».

On comprend alors que ma proposition de lutter contre le « nicab », notamment par « l’exemplarité » : une République exemplaire dans ce domaine étant mieux en mesure de "convaincre", n’a rencontré aucun écho.

 

La Mission veut aller en Belgique, sans doute parce que certaines municipalités belges pénalisent  le port du « nicab » par une amende.

Il faut dire que l’idée est savoureuse : des femmes paieront le droit de porter le « nicab » comme… des parti politiques (et non des moindres !) payent une amende pour pouvoir ne pas appliquer la loi sur la parité !

 

En fait l’invocation de l’égalité des sexes est manipulée par l’invocation de la laïcité : tout ce qui a trait aux inégalités entre sexes existantes est rejeté dans l’impensé, si on ne peut les relier à la laïcité.

L’invocation de la laïcité sert donc avant tout à une conception réductrice de l’égalité des sexes.

 

4) Sur le dit voile intégral :

Le voile intégral c’est l’Afghanistan et le salafisme (avec d’ailleurs une confusion entre le salafisme politique et le salafisme piétiste et contre sociétal). C’est donc « la barbarie » (dixit J. Glavani).

Autrement dit  le port du voile intégral est complètement déconnecté de tout le social, de tout le contexte français, de l’ensemble des interrelations dans lesquelles il se situe !

Peut-il exister une négation plus complète de la sociologie ?

Autrement dit aussi : il y a les bons (les civilisés) et les méchants (les barbares).

Gérin a parlé, à deux reprises, de « défi de civilisation ».

Le terme de « défi » pourrait être intéressant si ce que j’ai dit concernant les « mesures positives » qui sont les plus aptes à lutter contre le port du voile intégral avait eu un écho. Mais seul un député s’y est intéressé.

En fait, Gérin parle de « défi » dans le sens de « conflit » : conflit des civilisations : cela ne vous dit rien ?

 

En tout cas, rien n’a été repris, et discuté, de la liste que j’avais donnée des raisons du port du « nicab » en France.

Fait significatif : alors que j’avais indiqué que j’étais « résolument contre le voile intégral et contre une loi » et que j’ai exposé les raisons de cette double opposition, ils ont fait comme si être contre la loi signifiait être pour le port du voile intégral.

Les députés ne semblent avoir aucune idée de la diversité des raisons qui induit à porter le voile intégral. Télérama (n° du 31/10) cite le cas de Marie « mère de famille qui a vécu l’enfer du viol et de la toxicomanie ».

 

Cependant, j’avais une supériorité sur les membres de la Mission : j’ai déjà parlé à des femmes portant un « voile intégral ».

D’après ce que l’on m’a dit, eux n’en ont pas encore rencontrées. Ils sentent bien qu’il faudrait le faire, mais repoussent la chose… et, sauf exception, leur opinion est déjà faite.

 

Personne n’a fait écho à ma distinction entre le « réversible » et « l’irréversible », l’être  et le vêtement : on a fait comme si le port du voile intégral était irréversible, avec des gens complètement emmurés dans leurs certitudes et que l’on devait « contraindre » parce qu’il était impossible de les « convaincre ».

Le Monde, n° du 25-26/10 cite le cas de « carole », une femme de 30 ans qui portait le voile intégral depuis 10 ans et « l’a troqué récemment pour une jupe courte, les cheveux au vent et les talons hauts. »

 

Et le PS ?

 

 Il y avait une vingtaine de députés. Comme le tiers de la Mission est composé de membre du PS, ils devaient être sept…ou alors ils font de l’absentéisme.

J’en connaissais deux. J’ai cru en repérer un troisième, qui était un peu plus rationnel que les autres. Il s’appelle Pierre Cardo. Vérification faite, il est UMP. Bref, impossible d’entendre un discours un peu de gauche. Comme je l’ai déjà indiqué, à part G. Pau-Langevin, personne n’a embrayé sur mes propos concernant les discriminations.

Cela pose quand même de sacrées questions !

 

 

 

 

1er PS: Merci à toutes celles et ceux qui m'ont téléphoné, écrit, envoyé des mels, mis un commentaire,...

2ème PS: Désolé, j'écris cette Note à 11 heures du soir. Je ne peux la prolonger en répondant aux questions des commentaires. Ce sera pour la prochaine fois.

 

 

 

Commentaires

Pour info : Sandrine Mazetier (qui n'est pas intervenue), Pierre Forgues, Jean Glavany et Georges Pau-Langevin sont socialistes et présents à la lecture de la vidéo de l'Assemblée nationale que je viens de faire. Je n'en ai pas reconnu d'autres.

C'est vrai que l'unanimisme de cette mission est douteuse. Cela ressemble trop à la Commission Stasi. Plus inquiétant est la lepennisation des esprits qui voit les stigmatisés stigmatiseurs comme le FN voyait les racistes en victime d'un racisme à l'envers.

Enfin, c'est assez pitoyable de voir les députés courir derrière le faux-semblant de débat sur l'identité nationale lancé par l'Éysée, car cette mission y participe, au moment où les effets de la crise financière ne s'estompent pas et où la fragilité économique éprouve encore plus durement les victimes des discriminations.

Écrit par : hugues | 29/10/2009

George Pau-Langevin est la seule députée "de couleur" de l'hexagone (les autres sont ultra-marins).
Glavany est aussi borné, s'agissant de laïcité, que le Joxe-terrier, André Laigniel, le naufrageur du grand service public de l'éducation nationale.

Écrit par : J. F. Launay | 29/10/2009

Un coup d'oeil sur la composition permet de noter que, outre Gérin que les laïcards naguère surnommaient l'Iman Rouge de Vénissieux, la Mission compte 8 socialistes (et peut-être radicaux), 2 apparentées et 1 vert (dont 6 femmes en tout pour la gauche).
La commission doit compter 32 membres et si la parité est respectée à gauche, il ne me semble pas que ce soit le cas à droite !

Écrit par : J. F. Launay | 29/10/2009

Vous vous dites contre la burka, mais vous l'acceptez et surtout n'y voyez rien de barbare, en la mettant sur le même plan que la tenue des carmélites. Ce qui est reproché à ces femmes belphégor c'est précisément de porter leur tenue de totale invisibilité dans l'espace public. Que je sache les carmélites ne se baladent pas dans la rue en tenue belphégor. Pas plus que les représentations de quelques célébrités parmi elles ne les montrent en "burka". Si les femmes belphégor portaient leur tenue chez elles pour émoustiller leur mari, personne v'y verrait malice. Dans la rue, elles n'inquiéteraient personne par leur absence d'identité. Ce que nos députés qualifient de "barbare", c'est cette revendication de prétendre vivre en société tout en n'étant pas identifiable ! Refuser l'autonomie la plus élémentaire est en effet refuser pour les autres la liberté, comme une dignité humaine. C'est leur choix comme on dit, mais chez eux, pas dans la rue et l'espace public. Sinon, autorisons aussi la nudité totale, qui est l'exact symétrique de la burka. Imaginons que des femmes soient contraientes par leur religion à vivre nues, parce que Dieu les auraient créés pour donner du bonheur aux hommes par la contemplation de leur beauté. Ce ne serait pas plus attentatoire à la dignité des femmes que la burka et je me demande si quelque part, ce ne serait pas même plus respectueux.
Mais ce qui est ressenti comme barbare, c'est surtout la négation de la femme en tant qu'être social qui justifie la burka. La burka matérialise le non-droit des femmes à vivre en société en tant que personnes. La notion de personne, perçue à travers ses expressions du visage, et pas seulement ses yeux, ne peut exister avec ce dispositif de clôture ambulante, d'apartheid sexuel, ainsi que le dit Leila Babès. Quoique j'ai du mal à percevoir la cohérence entre ses dénonciations enflammées de la colonisation et son rejet sans nuance de la burka, portée de façon immémoriale dans sa culture, si l'on en croit les images d'archives et nos propres souvenirs de touristes dans les pays du Mahgreb.

Écrit par : gigi-3 | 31/10/2009

La laïcité jetable.
Mr Bauberot,
J'ai lu avec beaucoup d'intérêt le texte de votre intervention devant la mission parlementaire,ainsi que vos commentaires :on ne s'ennuie pas quand on vous lit!
Aprés votre exposé vous avez été confronté à des questions et des commentaires incisifs de la part de certains députés.
Le moins que l'on puisse dire c'est que votre exposé ne les a pas convaincus!
Voici quelques points que j'ai relevés dans votre commentaire "boomerang".
"Surpris et inquiet pour le fonctionnement de la démocratie-une commisssion sous influence-la méthode Coué-manoeuvre d'intimidation-maître d'école autoritaire-petits garçons et petites filles (pour les députés de la commission)-cadrage dogmatique-ordre de mission attribué à son compère-tontons flingueurs-anti-intellectualisme primaire-mauvaise foi.
C'est plus qu'un jet de boomérang,c'est un massacre à la tronçonneuse!
Une députée a échappé au carnage:elle a eu la présence d'esprit de vous questionner sur les accommodements (prétendument) raisonnables.
Il est clair que ces connotations insultantes ont pour but de déconsidérer et de déligitimer à l'avance les conclusions que la mission d'information déposera au mois de janvier.
Vous affirmez avoir constaté que depuis 2004 un certain nombre de femmes musulmanes ont quitté notre pays.
Vous citez le cas d'un docteur en philosophie qui est installée au Québec en réaction à la loi de 2004.
Cette personne a bénéficié d'études de haut niveau pratiquement gratuites dans notre pays pour en faire bénéficier nos cousins d'Amérique ,ravis de cette aubaine:je leur souhaite bien du plaisir!
Je vous rappelle qu' à la suite de l'interdiction des congrégations enseignantes en 1904.30 à 40000 congréganistes se sont exilés,la France a subi une saignée intellectuelle d'une autre ampleur que celle que vous citez.
La France a survécu.

Mr Bauberot ,je crains que la laïcité roseau que vous préconisez ne se transforme en laïcité de circonstance,jetable.
Souvenez-vous:lors des manifestations organisées oar certains musulmans pour s'opposer à une loi concernant les signes religieux dans les établissements scolaires,on entendait dire :"la laïcité à la Française nous convient", des jeunes filles défilaient avec des voiles tricolores.
Depuis ces voiles ont disparu du paysage:dans quelle poubelle de la laïcité ont-ils terminé leurs courtes vies?

Écrit par : Marc paul | 31/10/2009

@Marc Paul

Lecture symptomale

Sur le fond, M. Baubérot, s’il le juge utile, répondra. Mais il me semble que ce commentaire est assez typique de ce que Jacques Julliard, du temps lointain où je le côtoyais hedomadairement dans une instance syndicale, appelait une lecture symptomale.

Visiblement vous n’avez pas jeté un œil sur la vidéo de l’audition : son Président André Gérin est assez représentatif de ces caciques imbus d’eux-mêmes, écrasant de leur superbe le vulgaire (par certains côtés, il m’a fait penser à Frèche). Quant à la réaction d’un des membres, se gonflant d’être un élu de la nation, elle me rappelait un certain Laurent Fabius disant à Chirac « Vous parlez au premier ministre de la France ! » Et de deux choses l’une, soit l’onction du suffrage universel vous rend omniscient et point besoin de créer des missions d’information, soit vous avez une conception plus modeste de votre rôle d’élu et vous n’opposez pas cet infantile argument d’autorité à un interlocuteur !

Le "Ce n’est pas un boomerang mais un massacre à la tronçonneuse", est assez osé puisqu’en l’occurrence, c’est l’audité qui a plutôt été massacré. Quant au "prétendument" qui assaisonne les "accommodements raisonnables", il économise tout effort d’argumentation.

Cette laïcité roseau, qualifiée sans plus d’arguments de "laïcité jetable", est dans le droit fil de la laïcité d’un Aristide Briand ou d’un Jean Jaurès. Un Briand, alors que des parlementaires ultra-laïcs demandaient l’interdiction du port de la soutane sur la voie publique, qui rétorquait que la République n’avait pas à réglementer l’habillement. Un Briand aussi qui, sachant qu’aucune loi ne peut tout prévoir, recommandait « Toutes les fois que l’intérêt de l’ordre public ne pourra être légitimement invoqué, dans le silence des textes ou le doute sur leur exacte interprétation c’est la solution libérale qui sera la plus conforme à la pensée du législateur. ». A ce qu’on peut voir sur la vidéo, ce n’est pas cette voie « libérale », c’est-à-dire attentive à la sauvegarde des libertés, que la mission emprunte.

Pour en revenir aux chiffons.
Soit le voile intégral est imposé par un « barbu » (ne faudrait-il pas dans un but d’équité envisager aussi d’interdire la barbe "islamique" ?), auquel cas les lois en cours existent sur les violences conjugales (avec les mêmes difficultés d’application que pour les autres violences conjugales). Soit, il s’agit d’un acte non seulement librement consenti, mais revendiqué : la LIBERTÉ est première, mais dans le respect de l’ordre public. C’est-à-dire qu’à chaque fois qu’une identification s’impose, elle doit être demandée et obtenue (enfant cherché à l’école, paiement par chèque, contrôle d’identité, etc. sans parler de dispositifs plus spécifiques dans le cas de lutte anti-terroriste). Aucun besoin de loi nouvelle, la règlementation actuelle suffit.

Écrit par : J. F. Launay | 31/10/2009

merci pour votre intervention,

j'habite près de Saint-Anne d'Auray en Morbihan et je croise très souvent des cornettes, des curés en robes longues...j'ignore tout des "carmélites" : le fait qu'elles soient "cachées" n'enlève rien (si je peux dire) au fait qu'elles sont elles aussi sous emprise.

deux poids - deux mesures ?

ce dont il s'agit c'est bien d'attiser les tensions, de stymatiser UNE religion....

pendant le même temps chaque jour 2 à 3.000 chômeurs de plus....

qu'André Gérin se "prête" à ces manoeuvres grossières n'a rien d'étonnant !! il ferait mieux de se mobiliser sur les vrais problèmes soulevé par le retour du religieux.

Écrit par : Arlequin | 01/11/2009

Bonjour,
Je viens de lire avec attention votre intervention devant la commission d'infiormation parlementaire, censée étudier de façon objective la question complexe des quelques centaines de femmes portant la burqa dans l'héxagone...En tant que Musulman Français, je suis beaucoup cette affaire, non pas parce que je voue un culte à la burqa :), mais surtout pour évaluer la tournure qu'elle prend...
Malheureusement, je suis attristé par la manière dont vous avez été traité, par des députés censés étudier de manière objective cette problématique. En effet, bien que vous avez présenté les faits de façon purement intellectuelle et objective, en montrant bien les conséquences que pourraient avoir une telle loi, qui serait comme vous l'avez dit, désastreuses pour la France...Cela risque de redonner du poil de la bête à la minorité qui prône l'orthodoxie , et qui surfe sur le sentiment d'exclusion et de mépris de la part des médias, voire même de certains politiques envers l'Islam (même "modéré"!). L'épisode récent de Brice Hortefeux considérant qu'un bon Arabe est un Arabe non Musulman, contrairement au fameux "prototype", en est un exemple frappant...Cette surenchère dans l'islamophobie, bizarrement débutée depuis le 11 Septembre, m'attriste vraiment...Je préférais encore l'époque antérieure, où dans l'imaginaire collectif, l'Arabe était un voleur ;)
Quand donc émergera une nouvelle génération de politiciens qui s'attachera avant tout à s'ossuper des VRAIS problèmes qui frappent de plein fouet nos concitoyens tous les jours, à savoir le chômage, la pauvreté, le logement ??? Nous qui nous moquions il ya quelques années de l'Amérique de Bush, conservatrice et arriérée, je vois qu'avec l'administration Obama nous avons pris un sacré coup de vieux...

Écrit par : Dr E.Y. | 01/11/2009

Ce qui frappe à la vision de votre audition, c'est que la plupart des interventions des députés ne tenaient absolument pas compte de ce vous avez dit. Ainsi les commentaires de Gerin, et les questions de Glavani, posées de telle manière que la réponse précédait la question.
On aurait pu poser le même genre de questions à Mitterrand quand il a pris des ministres communistes, alors qu'existait le Goulag: c'était autrement plus grave de mettre le PC à l'intéreur de l'Etat que de tolérer quelques centaines de burqas, non?

Écrit par : Un citoyen qui aimerait pouvoir être à gauche | 04/11/2009

L'attitude des"politiques" a votre égard est franchement inqualifiable. Avez- vous pensé à leur donner votre intervention dans son intégralité auparavant et avec un condensé avec des points précis,incisifs, vous auriez peut-être eu des réactions...Comment peuvent-ils parler des problèmes de société qu'ils soient de gauche ou de droite, alors qu'ils vont si peu sur le vrai terrain

Écrit par : ELMAN-MARBOUTY | 21/11/2009

J'ai visionné votre audition par la commission, même si je reste comme ses membres pas très convaincue par votre argumentation, qui ne manque pourtant pas d'intérêt, votre prestation a été d'une haute tenue et les députés avaient l'air plutôt penauds et patauds. Mais il y a l'air et la chanson. En tant qu'historien et sociologue des religions vous avez forcément plusieurs longueurs d'avance. Mais ce qui m'a laissé mes doutes, comme à vos interlocuteurs, c'est la réalité du terrain et la dynamique de groupe qui s'instaure progressivement dans certains territoires où la présence islamique augmente. Quand vous habiterez dans un de ces quartiers banlieusards, que vous aurez fréquenté par nécessité les centres commerciaux de proximité, vos comparaisons avec la situation prévalant avant 1905 ne vous paraitraient peut-être pas aussi pertinentes. J'oublliais : les habitants non musulmans de certaines cités qui vivent la peur au ventre de voir leur appartement brûler, et qui préfèrent partir, comme Harry Roselmack l'a constaté lui-même durant son enquête à Villiers le Bel. J'ai habité à Vitry, je sais de quoi je parle, peut-être que vous, comme tous les intellos, pleins d'idéaux, bons pour les autres, mais préférant quant à eux rester entre eux, dans les quartiers bobos, ne cnnaissaient en effet pas autant le terrain que les élus de la commission, qui ont dû avaler leur chapeau de gauche et n'appartiennent pas à l'extrême droite. Peut-être que les nobles idéaux devraient être vécus avant par leurs chantres, au nom de l'exemplarité que par ailleurs vous préconisez également. Dire n'est pas faire, quoique certains assurent...

Écrit par : gigi-3 | 05/12/2009

Ras la casquette de gigi3
http://deblog-notes.over-blog.com/article-l-anonymat-la-burka-des-laches-39905515.html

Si cette personne a quelque chose à dire qu'elle enlève la burqa de l'anonymat : des sites citoyens comme celui-ci nécessitent de se confronter à identité assumée !

JF Launay 1er

Écrit par : J. F. Launay | 05/12/2009

M Launay vous avez envie de connaître mon identité et pourtant vous êtes favorable à la tolérance de la burka ! Cherchez l'erreur ! Tolérez moi donc, moi et mon anonymat pour être au moins cohérent avec vous-même. A moins que vous ayez envie de connaître mon identité pour me faire la peau ou mieux, qu'une fatwa soit lancée contre mézigue, comme celle contre Redeker, pour qu'enfin je la ferme définitivement sous peine d'être assassinée. Je serais même encline à penser que vous tolérez mieux les fatwas de mort telle que celle subie par Redeker à vie que ma "lâcheté". Mais quand il y a contrainte et menace de mort, il y a devoir de protection, comme la burka qui est une protection contre la lubricité mâle. Moi, voyez- vous, je militerais sans problème pour que les hommes puissent porter la burka pour être protégés contre la lubricité des femmes. En regardant M Bauberot durant son audition puis ensuite celle de Ramadan, une question m'est venue que je ne m'étais pas encore posée : comment se fait-il que les hommes musulmans n'aient pas droit eux aussi au nom de la liberté religieuse à des horaires de piscines séparés ? N'ont-ils pas peur de voir ce qu'ils ne devraient pas ou d'être "vus" dans leur dénudement par des regards de femmes, non musulmanes de surcroit ? M Bauberot relevait la non mixité des loges maçonniques, mais il ne s'est pas interrogé sur cette "auto-discrimination" de la part des hommes musulmans (ah que j'ai apprécié cette savante expression de M Ramadan à propos de l'excision qui serait aussi de la responsabilité des femmes à l'en croire, au fond comme la burka !) Il oubliait le brave homme qu'au moins jusqu'à une date récente, l'excision était pratiquée, par exemple au Sénégal et au Mali, suite à une prescription de l'université islamique du Caire ! Au moins l'audition a appris que M Ramadan jugeait lui aussi que la burka était une atteinte à la dignité des femmes, il a fini par la cracher sa valda ! M launay trouve un tel propos "nauséabond" je présume ?

Écrit par : gigi-3 | 05/12/2009

Sous la burka de l'anonymat, du pur "Riposte laïque" !
Rassurez-vous, je n'irai pas vous "faire la peau", pas plus qu'on n'a jamais tenté de faire la peau de Redecker, faux philosophe et vrai xénophobe !
Rassurez-vous, votre prose insane, pour rester poli, s'étale toujours dans les commentaires avec ce ton définitif qui démontre votre ouverture d'esprit !
Mais permettez-moi de vous dire que vous commencez à me les briser menues ( "Les tontons flingueurs", Audiard) !

Écrit par : J. F. Launay | 05/12/2009

@Launay
Il n'a pas fallu beaucoup vous titiller pour que votre prose qui se voulait relativement policée vire à l'insulte et aux menaces voilées (vos papiers svp!).
Mr Bauberot doit certainement apprécier que vous fassiez le ménage sur son blog.
Je suis enfin rassuré sur le sort de Mr Redecker.

Écrit par : Marc Paul | 06/12/2009

Très cher(e) anonyme,
Soit vous estimez qu'être assimilé(e) à "Riposte laïque" est une insulte - ce que j'admettais volontiers - soit votre paranoïa mérite des soins immédiats.
Quant aux menaces - voilées (quel trait d'esprit) ou pas - elles n'existent que dans votre imagination redeckerienne.
Soignez-vous bien !

Écrit par : J. F. Launay | 06/12/2009

M Launay, connaissez-vous Redeker personnellement ? J'en ai des nouvelles par mon mari qui fut son collègue et continue d'échanger avec lui. Vous pouvez me traiter de menteuse, ce qui venant de vous n'étonnerait pas. Ou bien Redeker lui-même de menteur, cet homme, c'est bien connu doit avoir tous les vices de n'être pas d'accord avec le consensus obligatoire. Son sort n'est pas enviable et je soupçonne fort les belles âmes de feindre de l'ignorer pour continuer à se regarder tranquille dans leur glace. Le fameux post de chercheur au CNRS n'est qu'un placard à domicile surveillé. Le chercheur en réalité est désormais en prison à perpète, toute sortie doit être sous escorte policière ou en tout cas sous protection. Comment peut-on accepter tranquillement qu'un homme soit traité de la sorte, comme un paria ? L'éternelle réponse : il sert de bouc émissaire, il est le sacrifié pour que la communauté puisse continuer à vivre plus ou moins pacifiquement. Il a été lâché par les siens pour calmer les ressentiments divers et avariés de ses ennemis déclarés, les islamistes et leurs nombreux sympathisants et alliès objectifs. Rien de nouveau sous le soleil, donc.

Écrit par : gigi-3 | 06/12/2009

1°) Non, je ne connais pas "personnellement" M. Redecker, mais je ne connais pas "personnellement", par exemple, l'auteur de ce blog que nous parasitons par nos échanges...
2°) Sur ce qu'a écrit M. Redecker, M. Baubérot a dit, avec plus de talent que moi, ce qu'il faut en penser, ce qui lui a valu quelques tonneaux d'injures des très modérés séides de Riposte laïque et, à un moindre degré, de Respublica.
3°) J'ai tout lieu de supposer que beaucoup d'autres que M. Redecker (Val, par exemple quand il dirigeait encore Charlie-Hebdo, après la parution des caricatures "danoises") ont reçu de menaces de mort d'anonymes soi-disant imans ou ayatollahs : apparemment ils ont continué leurs activités normalement.

Écrit par : J. F. Launay | 06/12/2009

Vous oubliez de préciser que Mr Bauberot a signé l'appel en faveur de de Robert Redeker paru dans le Monde du 3 octobre 2006, en précisant:
"Mon accord avec eux est complet en ce qui concerne la défense vigilante de la liberté d'expression. Je me joins tout à fait à leur appel solennel " aux pouvoirs publics afin, non seulement, qu'ils continuent de protéger comme ils le font déjà Robert Redeker et les siens, mais aussi que, par un geste politique fort, ils s'engagent à maintenir son statut matériel tant qu'il est en danger". Je signe des deux mains et je veux, moi aussi, résister à "une poignée de fanatiques (qui) agitent de prétendues lois religieuses" pour remettre en question "nos libertés les plus fondamentales".
Je constate qu'en 2006 Mr Bauberot partageait la paranoïa de ceux qui pensent que Robert Redeker et les siens courent un danger réel depuis 4 ans,vivant dans une clandestinité que vous raillez.

Écrit par : Marc Paul | 07/12/2009

1°) C'est exactement à ce texte (celui de J. Baubérot : pour la liberté d'expression, contre le contenu du texte de Redecker, pour simplifier) que je faisais allusion.
2°) 2006 n'est pas 2009 ; je ne "raille" rien, je suis juste très sceptique car je constate que d'autres que Redecker ont pu subir d'anonymes* prétendues "fatwas" et ont continué de mener une vie normale.

* A un (beaucoup) moindre degré, pour avoir osé prendre la défense de Roman Polanski, j'ai pu subir des attaques aussi ignobles qu'anonymes http://deblog-notes.over-blog.com/article-36837259.html
Sur une question plus proche des thèmes de ce blog, j'ai aussi subi des attaques de racistes patentés http://deblog-notes.over-blog.com/article-l-anonymat-la-burka-des-laches-39905515.html

Écrit par : J. F. Launay | 07/12/2009

M Launay, vous ne connaissez pas le sort de Redeker, et surtout comme beaucoup, cela vous arrange. Val qui a publié les caricatures de Mahomet est libre dites-vous et vous restez donc sceptique. C'est tout à fait votre droit. Mais si vous avez une conscience un tantinet scrupuleuse, demandez-vous si l'hypothèse rejetée ne l'est pas parce qu'elle correspond à un désir inavouable d'intimidation et pire de celui qui a osé contredire l'orthodoxie ? C'est ainsi que le malheureux Redeker ressent les choses, c'est sa torture de damné au quotidien. Toute personne ayant connu l'ostracisme sait cela. Et même toutes celles qui ne l'ont pas connu et l'appréhendent au point d'y perdre leur liberté d'esprit et souvent leur âme. Une variation sur le thème de Faust, sauf qu'en l'occurrence, ce n'est pas la jeunesse éternelle mais la notoriété ou la conformité.

Écrit par : gigi-3 | 07/12/2009

1°) Cela ne "m'arrange" ni ne me dérange.
2°) les menaces à l'encontre de Redecker avaient, peut-être, de la consistance en 2006, depuis, sauf preuve du contraire, elles n'ont pas été renouvelées
3°) ce n'est pas une question de "ressenti", mais de faits avérés... ou pas !

Écrit par : J. F. Launay | 07/12/2009

J'ai trouvé ce billet très intéressant et très documenté. Il faut dire qu'il est particulièrement long mais cela ne gêne en rien quand on à la chance d'avoir un rédacteur aussi prolixe et intéressant. J'ai particulièrement apprécié les différents points de vue des associations sur l'intérêt ou non d'une loi

Écrit par : Laetitia de serrurerie Minit | 18/02/2010

J'ai réellement aimé ton éditorial,il est plutôt gai à relire. J'espère que les suivants sont si agréablement rédigés!! :)

Écrit par : Date sortie Wii U | 27/10/2011

Écrire un commentaire